L’organisation, ennemi de l’inspiration ?

L’organisation, ennemi de l’inspiration ?

Avez-vous déjà eu cette désagréable impression d’être limité par vos propres idées ? Il est intéressant cependant de se poser cette question, à quel moment l’organisation vient-elle nuire à l’inspiration ? Et inversement, à quel moment le manque d’organisation peut nuire à votre imaginaire et provoquer un fouillit jusqu’au redouté syndrôme de la page blanche ?

Personnellement, j’ai commencé à écrire sur un coup de tête, de mémoire il s’agissait d’un texte que je souhaitais lire et monter sous un format vidéo. Avec des bruitages bien foutus, une voix profonde et grave, un montage d’enfer qui aurait laissé le monde pantois ! Bref, tout ce que je ne savais absolument pas faire, je n’ai ni une voix grave ni une quelconque compétence en montage… Ca commençait mal pour plutôt bien se terminer. L’envie de créer ne s’embarasse pas de ce genre de détail, être un doubleur, être un écrivain, être un monteur… Tout ceci n’a finalement que peu d’importance, lorsque l’inspiration est là et que les mondes merveilleux de votre imaginaire n’attendant que le papier sur lequel prendre vie ! C’est ainsi que mon premier texte vu le jour. Cette anecdote m’a parue importante parce que l’inspiration et l’envie de créer un monde ne se limite pas à vos écrits et à son cadre. C’est une envie qui prend forme de bien des manières, bien souvent une page blanche sur mon roman signifie des envies de création autre et tout aussi intéressante. Et c’est ici que l’organisation prend un sens tout autre, à quel moment faut-il totalement dériver et s’inspirer de choses parfaitement étrangères, et à quel moment est-il préférable de rester organisé pour s’assurer une cohérence ?

Aujourd’hui, je pense avoir trouvé la voie qui me correspond le plus, sans être un maniaque de l’organisation, je suis de formation un ingénieur dans le développement informatique. Une profession qui laisse des traces à bien des égards, en témoigneront ces deux captures d’écran !

  Un petit tableau excel récapitulatif de mes scènes et de quelques annotations (d’ailleurs, je ne sais pas si je suis le seul, mais on notera la bienveillance de mes commentaires envers mes propres textes !).

 Et ici, c’est l’organisation de mon éditeur (Scrivener, la version bêta pour ceux qui se demanderait), rien de complètement fou en somme. Elle me suffit et me permet de me retrouver dans mes textes relativement facilement.

Je pense avoir mis environ un an à trouver cette organisation qui reste claire à mes yeux, sans m’imposer un travail de titan pour la maintenir, ni imposer un carcan à mes écrits. Aujourd’hui néanmoins, je me retrouve dans un de ces moments, manque de motivation, d’inspiration pour continuer à écrire. Est-ce que le manque d’un plan clair et précis m’empêche de me remettre correctement dans la trame de l’histoire ? Peut-être aussi que la tournure des choses actuelles ne me plaît plus et qu’il faut revoir en détail la totalité ?

C’est ici qu’il devient difficile de fixer la limite entre organisation et inspiration, j’ai plusieurs fois réfléchis à faire un plan complet du roman, de ses scènes jusqu’à la fin quitte à le bousculer entièrement quelques jours plus tard. Abandonner tout semblant d’organisation m’aide cependant à retrouver un souffle d’inspiration, une envie et une motivation, cette création parfaitement libre et illimitée. Tant pis si elle est totalement hors contexte, tant pis si elle n’est pas terrible, cela ne concerne que nous après tout.

Selon-vous ? À quel moment l’organisation est-elle devenu l’ennemi de votre inspiration ? Ou pire à mes yeux, à quel moment l’inspiration jaillissante et bondissante a-t-elle totalement entravé et bousculé votre roman au point de le rendre incompréhensible ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *