Changer de style dans la narration ?

Changer de style dans la narration ?

Le style, la narration et la focalisation (point de vu adopté par le narrateur), trois éléments parfaitement indissociable de n’importe quel écrit. J’ai toujours tendance à peser chacun de ces trois éléments lorsque j’écrit une phrase, le style est-il approprié à l’enjeu ? Je pense qu’un écrivain régulier, même s’il n’est pas publié, doit avoir connu ces « envolées lyrique ». Ce moment ou chaque mot trouve la bonne place et qu’un style parfait se glisse dans votre phrase. Et à ce même instant, vous comprenez en relisant qu’aussi belle soit cette phrase, elle n’a pas sa place, non pas pour ce qu’elle raconte, mais pour la façon dont-elle le dit.

L’envie d’écrire sur ce sujet m’est venu, parce que je trouve difficile de faire la différence entre un style adéquat aux enjeux, et un style totalement décalé par rapport à la narration. On pourrait parler du lexique employé également, qui a une grande incidence, mais je préfère le dissocier. Ce n’est pas tellement les mots employés, mais plutôt la façon de les utiliser qui me pose question. Voici par exemple, deux extraits d’un même projet que je suis en train d’écrire, la différence de style est flagrante, sans pour autant me déranger :

Un petit filet de bave coulait sur la bouche entrouverte de Jonas, elle formait une sorte de sourire béat. Sa couverture en désordre, une jambe dessus, l’autre en dessous, rien ne semblait pouvoir déranger son sommeil si profond. Le petit rayon de soleil qui se glissait subrepticement jusqu’à lui n’était pas de cet avis. Il trépignait d’impatience, dans quelques minutes il aurait atteint son visage ! Une sonnerie de métal, un tintement bruyant et désagréable contrediras notre homme et le soleil en quelques secondes.

Et ce même extrait retravaillé :

Comme toujours, Jonas dormait la bouche entrouverte, un filet de bave s’extirpait de ses lèvres qui formaient un sourire béat. Sa couverture oscillait dangeureusement entre le lit et le sol, une jambe dessus, l’autre en dessous. Son sommeil était si profond que rien ne semblait pouvoir l’en déranger. Pourtant, le rayon de soleil qui perçait les rideaux n’était pas de cet avis. Son impatience était presque palpable, dans quelque minutes, il atteindrait son visage. Un tintement bruyant aux résonnances métalique retentit, il contredira notre homme et le soleil en quelque secondes.

Il est évident au premier coup d’oeil que le lexique n’a pas changé, pourtant le style, l’ordre des mots dans la phrase, la façon dont ces moments sont décrit est totalement différente. Ces deux passages me laissent une impression tout à fait différente. Le premier résonne bien plus à mes yeux, laissant une trace d’émotion dans son sillage, le deuxième semble plus plat, presque descriptif et neutre.

C’est dans le style, l’ordre des mots et la ponctuation que se trouve cette fondamentale différence. Je ne sais pas si chacun ressens la même chose dans ses écrits, mais j’ai l’impression que mon style évolue petit à petit, en fonction des situations. Ce n’est pas gênant, et même « obligatoire » en un sens, le style doit évoluer en fonction des enjeux. Et c’est ici que se trouve la question fatidique, faut-il faire évoluer le style selon les enjeux, ou préférer garder une ligne directrice pour éviter de briser l’illusion romanesque par inadvertance ?

 

Je serai curieux j’avoue, de connaître votre point de vu sur ce sujet. Bon, il est évidemment très résumé et beaucoup de cas différents existe, difficile de tous les évoquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *